Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
La place d'affaires de la construction
sur Internet
 
PL61 : l'ACQ invite les parlementaires à mettre la partisannerie de côté pour assurer la survie de plusieurs entreprises de construction
 
MONTRÉAL, le 12 juin 2020
 
L'Association de la construction du Québec (ACQ) invite l'ensemble des parlementaires à mettre la partisannerie de côté et à adopter un calendrier de paiement obligatoire avant la fin de la session parlementaire. L'ACQ estime que plusieurs entreprises pourraient ne pas survivre à l'été, faute de liquidités, si le gouvernement ne procède pas à l'adoption d'un tel principe rapidement.

« Les entreprises de construction ne doivent pas faire les frais d'une joute politique. Dans le contexte où la construction a été arrêtée pendant 6 semaines à cause de la pandémie, plusieurs petits entrepreneurs, notamment en région, pourraient ne pas survivre à une période aussi longue sans aucune entrée d'argent », soutient Jean-François Arbour, ing., président de l'ACQ.

Il faut rappeler que selon une étude effectuée par Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) en 2015, la moyenne des délais de paiement était de 80 jours, au lieu des 30 jours normaux, et que cela prive l'économie québécoise de 7,2 milliards de dollars annuellement.

« Le projet de loi 61 répondait à nos attentes, mais aujourd'hui, ce que nous demandons aux parlementaires, c'est d'aller de l'avant avec l'adoption d'un calendrier de paiement obligatoire, qui s'appliquerait également aux organismes municipaux, et ce, peu importe le moyen législatif utilisé. La relance de l'économie du Québec dépend en grande partie de notre industrie et les entrepreneurs ont besoins de ces liquidités pour se sortir la tête de l'eau », conclu le président de l'ACQ.
 
Vign_ACQ
Réseau ConstruNet © 2020